Sauter la navigation
Retourner à la page des résultats de recherche

Lecteur multimédia

Transcription

visuel: [Un exemple de l'utilisation des données et du monitorage en mathématiques] visuel: [Johanne Gaudreault, Directrice de l'école secondaire catholique Béatrice Desloges, CECCE] Johanne Gaudreault: En lien avec les besoins qui ont été identifiés puis les données qu'on a utilisées, c'est clair que la première fois qu'on s'est rencontré, toute l'équipe ensemble, on a regardé le comportement de nos élèves qu'on désirait changer. On est allé voir... c'était quoi le comportement de nos élèves en salle de classe en lien avec des éléments qu'on trouvait problématique. On les a identifiés puis on a dit : " Ça c'est ce qu'on veut changer " puis c'est à ce moment-là qu'on a décrit les changements de pratiques dans notre plan d'amélioration sur lesquels on voulait travailler. Les données qu'on utilisait sont les données de l'OQRE, bien entendu que les données du TPM sont ce qu'on a regardé le plus, surtout en lien avec nos cours appliqués parce que nos élèves des cours théoriques réussissaient très bien et puis réussissent très bien mais au niveau appliqué, on a regardé aussi les données des sous-groupes, nos élèves qui sont en difficulté, nos élèves du PANA. Et pour voir comment ces élèves-là réussissaient, s'il y avait une cohorte en particulier qui avait plus de défis. On est aussi allé regarder les résultats de nos élèves au premier semestre puis au deuxième semestre. Si en Mathématiques, nos élèves réussissent mieux au premier semestre ou au deuxième semestre puis, étrangement sur plusieurs années, nos élèves en mathématique réussissent mieux au deuxième semestre. Alors à la lumière de ça, je sais qu'il y a plus de cours de neuvième qui se donnent puis des cours de mathématiques au deuxième semestre, il y a peut-être une maturité. L'autre donnée qu'on a regardée puis je pense que c'est une des données les plus importantes à mon avis, c'est les données liées aux questionnaires qui sont administrés aux élèves suite à l'OQRE. Il y a des questions du genre: "Est-ce que j'aime faire des mathématiques ?", "Est-ce que je me sens confiant et capable de résoudre des problèmes mathématiques ?" Ça ces données-là, on les a regardé puis je vous dirais qu'au niveau du monitorage, c'est peut-être les données qu'on aurait suivies de plus près. Dans l'optique de croissance de nos élèves, ce avec quoi on travaillait le plus, c'est le fait que ces jeunes-là, s'ils aiment leurs cours, se sentent confiants et capables puis on parle de mentalité croissante, ces jeunes-là vont mieux réussir. Alors pour nous, il est important de créer en salle de classe, un milieu où on avait ces éléments-là. Le jeune est à l'aise, il est confiant, il prend des risques, il aime ce qu'il fait, donc on devrait améliorer nos résultats. Au niveau des données, à la fin de l'année, ce qu'on a regardé davantage, c'est des données qui sont de type qualitatif. L'enseignante avait posé des questions aux différents groupes pour leur demander comment ils se sentaient en mathématiques puis elle avait fait un sondage en début d'année, puis un sondage à la fin de l'année et puis, c'est clair qu'au niveau de l'attitude des élèves, il y avait plusieurs élèves qui se sentaient beaucoup plus confiants, appréciaient davantage. Ça, ça a été de la musique à nos oreilles même si à la toute fin, nos résultats n'ont pas augmenté tant que ça. Mais je pense que ces données-là étaient pour moi clés et déterminantes pour la suite des évènements parce que ces élèves-là vont continuer à cheminer dans nos classes. C'est important qu'ils puissent avoir confiance puis qu'ils se sentent bons et puis qu'ils soient prêts à mettre l'effort. Le monitorage des élèves et puis du plan d'amélioration, je dois vous avouer que c'est mon plus grand défi. Je pense que ce n'est parce qu'on ne trouve pas que c'est important mais c'est le temps puis c'est le questionnement qu'on a toujours quand on est en train de monitorer. Moi j'avais des rencontres régulières avec mon équipe. À toutes les semaines ou deux, trois semaines, on se rencontraient et puis il y avait la conseillère pédagogique du conseil qui était présente. Puis là, c'était au trois semaines et puis il y avait les deux leads qui se rencontraient puis on était ensemble puis à ce moment-là, je posais toujours les questions à savoir, "où est-ce qu'on en est ?", "Qu'est-ce qui se passe avec nos élèves ?", "Comment est-ce que-- Au niveau de l'accompagnement des enseignants?". En fait ça c'est une forme de monitorage. J'allais aussi faire des visites éclaires en salle de classe, sauf que là où j'étais rendue, c'est à savoir, une fois que je rentre, j'observais de belles choses. Mais mon défi, c'était au niveau de la rétroaction puis est-ce qu'il aurait fallu que je m'arrête dans le temps puis que je dise : " Voici ce que j'observe, voici pourquoi ta classe a été bien réussie". Parce que je pense que l'enseignant a besoin de comprendre que ça va bien dans sa classe parce que tu poses tel et tel geste en lien avec ce qu'on s'était donné. Cet élément-là, je trouve que je ne l'ai pas négligé, c'était là mais faute de temps, faute de...C'est un aspect sur lequel je voulais m'améliorer. Cette visite éclaire, rencontre régulière, analyse des données quand les données sortaient faisait partie du monitorage que je faisais dans mon école. Si j'avais un conseil à donner à une autre école en lien avec l'utilisation des données c'est de ne pas se retenir juste aux données qui sont quantitatives et d'aller chercher le qualitatif. De voir, comme je disais, de regarder les données qui sont liées aux sentiments de compétences des élèves puis aussi aux sentiments de compétences des enseignants parce que tu ne peux pas demander à quelqu'un de faire quelque chose s'il ne le comprend pas et puis s'il ne sent pas habileté à le faire. Des fois le fait de dire: "Okay cette pratique-là que je veux mettre en place" et puis s'il me dit: "Je ne me sens vraiment pas à l'aise de le faire", il faut que tu ailles chercher les ressources pour qu'il puisse développer sa compétence puis il puisse ensuite faire le saut puis tenter sa chance dans le changement. visuel: [Témoignages de direction d'école sur l'amélioration du rendement des élèves, Johanne Gaudreault, Un exemple de l'utilisation des données et du monitorage en mathématiques, Réalisation de la Division du rendement des élèves. Unité de la littératie et de la numératie. Direction des politiques et programmes d'éducation en langue française-Diriger la réussite (DRÉ) 2016, accompagner chaque enfant, appuyer chaque élève, Ontario]

Un exemple de l'utilisation des données et du monitorage en mathématiques

Témoignages de directions d'école _ Processus d'amélioration du rendement des élèves

Afin d’appuyer la Stratégie renouvelée pour l’enseignement et l’apprentissage des mathématiques, des directions d’écoles élémentaires et secondaires partagent des pratiques en leadership qu’elles mettent en œuvre tout au long de leur processus d’amélioration du rendement des élèves.

Ces capsules vidéo traiteront des thématiques suivantes :

  • Création d'une culture de confiance
  • Développer la culture de collaboration
  • Diriger l'amélioration du rendement des élèves en mathématiques
Type de ressource : 
Années scolaires : 
Programmes-cadres : 
Catégorie : 
Année de publication :  2017