Sauter la navigation
Retourner à la page des résultats de recherche

Lecteur multimédia

Transcription

visuel: [Culture de confiance et culture de collaboration] visuel: [Johanne Gaudreault, Directrice de l'école secondaire catholique Béatrice Desloges, CECCE] Johanne Gaudreault: Une culture de confiance dans mon école. La première chose qu'on doit faire, c'est d'entrer en relation avec le personnel, avec l'équipe, avec les élèves, avec les collègues pour être capable d'avoir une relation de confiance. Il faut être présent. Il faut connaître notre personnel, connaître les gens avec qui on travaille. C'est clair aussi qu'à partir du moment où on travaille en équipe, il faut faire confiance aux gens. Il faut se rallier aux décisions. Il faut modeler les comportements de l'équipe puis il faut aussi que les bottines suivent les babines. Quand on est leader, puis qu'on travaille en équipe, c'est important de faire les suivis et puis de s'assurer que les gens sentent qu'ils ont l'appui de la direction ou du leader. Le climat de confiance dans l'école, je pense que je l'ai établi surtout en étant présente mais en étant aussi très authentique. Je suis ce que je suis. Alors ce que je leur donne c'est le meilleur de moi-même. C'est d'être authentique puis d'être très empathique parce que c'est clair qu'au niveau du travail, ce n'est pas facile d'être un enseignant. C'est vrai qu'il y a plusieurs défis mais c'est d'être en mode accompagnement puis de les accompagner là-dedans. Le développement d'une culture de collaboration se fait par le travail d'équipe. Dans le passé, toutes les fois que j'ai eu à travailler à différents projets, différentes initiatives, la première chose qu'on faisait, c'est de s'assurer d'avoir une vision commune. La question que je pose toujours c'est « Où est-ce qu'on se voit dans deux, dans trois, dans quatre ans? » Pour être capable de s'assurer qu'on voit tous la même chose puis on construit cette image-là en équipe. Il faut juste s'assurer qu'on a la même vision pour être capable de tous ramer dans la même direction. Comment créer une culture de collaboration ou des moments forts dans la création d'une culture de collaboration ? L'exemple qui me vient en tête, c'est quand on travaille sur le plan d'amélioration de l'école puis qu'on est en train de se dire: quelles sont les priorités, quels sont les besoins des élèves qui nécessitent un changement dans notre école ? À ce moment-là c'est clair qu'on est en mode consultation puis travail d'équipe parce qu'on a intérêt à avoir l'opinion de tous pour s'assurer qu'on cible les bons éléments pour faire en sorte qu'en bout de ligne le changement de pratiques qu'on met en place va bénéficier l’élève. Parce que la réussite de l'élève, c'est ce qui est clé. Alors les mouvements forts sont ces temps-là de consultation où on travaille ensemble dans le but d'établir un but commun. Il y a aussi toutes les rencontres qui se font de façon régulière avec l'équipe avec qui je partage le leadership-là. Parce que c'est clair que dans une année scolaire, il y a des temps où est-ce qu'on a à remettre en question ou on a à voir quel va être notre meilleure prochaine étape pour être en mesure de prendre les bonnes décisions. Alors ça selon moi, c'est des moments forts, parce que cette collaboration-là, quand on est en train de travailler, c'est ce qui va déterminer nos prochaines étapes. C'est ce qui va faire en sorte que ces gens-là vont pouvoir aussi faire preuve de leadership. Pour le maintenir ça c'est un défi. Mais il faut juste s'assurer de ne jamais perdre de vue la vision qu'on s'est donnée et puis de faire attention aux distracteurs. Puis les rencontres, comme j'expliquais tout à l'heure, qui sont régulières avec l'équipe de coordination, avec les gens avec qui je partageais ce dossier-là étaient clés dans le maintien. Une des ressources au niveau de leadership que j'utilise beaucoup, c'est l'idée de fractale qui a été amenée par Lucy West. Lucy West, elle nous dit qu'on devrait être capable de reproduire à tous les niveaux de la structure de l'école, les pratiques qu'on veut voir en salle de classe. Alors comme direction d'école que ce soit dans un forum, comme une réunion du personnel, dans une équipe de collaboration que ce soit dans tous les forums quelconques, j'essaie d'être un modèle par rapport à la façon que je veux que l'enseignant se comporte puis pour que lui puisse ensuite faire la même chose au niveau de sa salle de classe. On parle de création d'un climat de confiance, faire en sorte qu'on puisse dire ce qui nous passe par la tête sans qu'il y ait de jugement, qu'on puisse argumenter, justifier et collaborer avec quelqu'un d'autre, même si on a des opinions différentes mais qu'on soit capables d'affirmer avec conviction l'idée qu'on a derrière la tête. Puis le sens qu'on donne à un problème. Ça c'est des ressources ou c'est une idée que je retiens beaucoup. Ça vient teinter tout ce que je fais à l'école. Je pense que pour être capable d'inspirer puis de motiver, il faut que tu le sois toi-même. Je suis une personne qui est très énergique et puis j'adore les défis, j'adore travailler avec les gens. Je n'ai jamais rien réalisé d'important sans une équipe autour de moi. Et puis je le dis souvent ça. Je ne serais pas là où je suis rendue, si je n'avais pas travaillé en collaboration. Ça fait que l'inspiration ou le fait d'inspirer, moi je me dis c'est d'être avec eux, de leur dire que j'ai confiance, de servir de modèle pour ces gens-là et puis je leur dis souvent: « Il faut dire oui. » Dire oui, c'est dire oui à des opportunités, c'est dire oui à l'apprentissage, c'est dire oui à des expériences qui vont peut-être t'amener là où tu ne le sais pas. Puis de dire oui, ça veut aussi dire se rendre vulnérable dans ton école puis d'agir comme leader mais tu ne peux pas sortir perdant à dire oui. Ça fait que j'essaie de créer ce climat-là à l'école mais j'essaie de les embarquer par mon enthousiasme. J'essaie de les inspirer en leur fournissant des modèles, en leur faisant lire des articles, en leur proposant des formations, en les invitant à voir mais toujours en les accompagnant là-dedans. Le conseil que je donnerais aux directions qui ont à travailler avec une équipe dans le but d'enclencher un changement, c'est d'être présent, d'être présent, puis de faire partie de l'équipe, de se rendre vulnérable. De ne pas penser qu'il faut avoir toutes les solutions parce qu'au contraire on ne les a pas. Puis c'est d'entrer en relation avec ces profs-là puis de se rendre, de le dire, d'être ouvert puis d'être soi-même puis de dire: « Okay, on attaque le problème ensemble. » Jusqu'à maintenant ça m'a très bien servi puis je suis toujours très fière du travail qui a été accompli par mes équipes. Puis j'ai l'impression comme leader, de faire partie de l'équipe. Alors je ne suis pas au-dessus des autres, je suis dans l'équipe. Le sentiment d'accomplissement que ces gens-là ont mais je le partage avec eux. Alors c'est le conseil que je donnerais. visuel: [Témoignages de direction d'école sur l'amélioration du rendement des élèves, Johanne Gaudreault, Culture de confiance et culture de collaboration, Réalisation de la Division du rendement des élèves. Unité de la littératie et de la numératie. Direction des politiques et programmes d'éducation en langue française-Diriger la réussite (DRÉ) 2016, accompagner chaque enfant, appuyer chaque élève, Ontario]

Culture de confiance et culture de collaboration

Témoignages de directions d'école _ Processus d'amélioration du rendement des élèves

Afin d’appuyer la Stratégie renouvelée pour l’enseignement et l’apprentissage des mathématiques, des directions d’écoles élémentaires et secondaires partagent des pratiques en leadership qu’elles mettent en œuvre tout au long de leur processus d’amélioration du rendement des élèves.

Ces capsules vidéo traiteront des thématiques suivantes :

  • Création d'une culture de confiance
  • Développer la culture de collaboration
  • Diriger l'amélioration du rendement des élèves en mathématiques
Type de ressource : 
Années scolaires : 
Programmes-cadres : 
Année de publication :  2017